Page 8
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8

ATOMIK N° 23 (4è Trim. 1997). COUV. DOC' JPP.
  
ATOMIK N° 23 bis (1er Trim. 1998). NUMERO ANTI-CENSURE entièrement réalisé par DOC' JPP

ATOMIK N° 24-25 (3è Trim. 98). N° ANTI-CENSURE COLLECTIF. COUV. DOC' JPP
  
ATOMIK N° 26-27 (1er Trim. 2000). COUV. DOC' JPP + FAUJOUR (4è COUV. MARTIN)

L'ALBUM "SEXPLOSIVES AVENTURES..." par DOC' JPP. VERSION FRANCAISE MAGIC STRIP (1990).
  
L'ALBUM "SEXPLOSIEVE AVONTUREN..." par DOC' JPP. VERSION NEERLANDAISE. ED. LOEMPIA (1990).

L'AUTRE ALBUM ... AUTOEDITION par DOC'JPP. (1995)
  
(A SUIVRE...)

1997-2001 : LES ANNEES CENSURE

L'APRES 1996 ?

1997-2001 correspondent aux sinistres années de la censure.

1996 ? Il y a des années comme çà où rien ne va ! Mon accident de piéton ? ....renversé par une auto, rue ROYALE, le 13 JUILLET, veille de la Fête nationale ! J'en parle ultérieurement, en août 1997, dans ATOMIK N°23 (page de couverture bleue, rouge et noire)
..."COOL !"

KABBALE ? COMPLOT "NUMEROLOGIQUE" ?
POLITIQUE ou l'art de gérer la cité...

Je travaille à ce moment-là, depuis 1995, pour le mensuel JUKEBOX MAGAZINE auquel je réserve les plus belles pages de ma nouvelle série "CYNTHIA AU PARADIS DES ROCKERS SOLITAIRES" (33 planches entre 1995 et 1998).
A cette époque, le fameux magazine des collectionneurs de vinyles recevait quelques lettres (anonymes ou signées) vengeresses contre mes dessins jugés par trop "vulgaires". "J'arrache la page" écrivait et certifiait l'un d'eux, parlant aussi de "mauvais goût";
cela contribuait à me miner le moral.

JANVIER 1998.

Complot numérologique. L'année des 3 fois 666 (=1998)... On m'avait prévenu. Certains avaient noté que les premières pages de mes principaux albums étaient cosignés du label provocateur "666". Encore de quoi faire parler les journalistes... ou, à défaut, les grenouilles de bénitiers ?

Pour la première fois, mes talents de dessinateur "pornographique" n'étaient plus du goût du FESTIVAL D'ANGOULEME !

Cabale ! Dénonciation publique ! Disputes ! Empoignades ! Bagarre !
Intervention de la police ! Exclusion du Festival ! Procès verbal, garde à vue...

Puis, un an plus tard, suite à mon intention de retourner au Festival en janvier 1999 : Procès ! Alors que le Président du Festival a retiré sa plainte... le procureur de la République la reprend à son compte ! ...en mars 1999 ! Campagne de presse en ma faveur ! 101 articles entre 1998 et 2001... Pétition de 150 signatures du monde artistique et journalistique en 1998. Condamnation à une peine (de prison !) avec sursis (4 mois) dont la mise à l'épreuve fut finalement commuée en une petite amende de 600 francs... (vus mes revenus insuffisants) mais dont le spectre inquiète encore (5 ans !).

Autrement dit, on ne condamne pas mon album BEBERT qui au demeurant n'a jamais été interdit ! On ne condamne pas plus les éditeurs ou les nombreux distributeurs à travers les pays européens ou francophones. On ne condamne pas les milliers de libraires ou les dizaines de diffuseurs susceptibles d'avoir affiché l'album. Tant mieux ! ENCORE HEUREUX pour la liberté d'expression ! On me condamne, moi, L'AUTEUR, SEUL, à une peine symbolique, certes, mais tout de même !

L'auteur que je suis est tenu de ne plus rééditer ses exploits d'affichage ni même ses dessins excessivement sexplosifs.

On ne tient pas compte du contexte libertaire dans lequel doivent être conçues toutes les oeuvres véritables (sans autre contrainte que leur technique !) et l'on juge du contenu graphique et thématique en fonction du goût personnel ! L'objectivité en art n'avait-elle pas dépassé ces jugements de valeur séculaires !?

On ne songe même pas à considérer l'environnement autrement pernicieux des influences publicitaires (ou hollywoodiennes !) télévisuelles, parfois subliminales !

La presse, quasiment toutes tendances confondues, me défendra (émissions radios, plus de 100 articles dans la presse nationale ou spécialisée BD, Internet, etc)... mais j'en ressors amer, déçu, désabusé, vieilli selon la formule consacrée.

Faut-il être définitivement inquiet quant à la gestion de notre démocratie , quant à l'importance de groupes de pression, quant aux droits des individus isolés face aux lobbies, ces "forces du mal" pour lesquelles L'ARGENT ("blanchi" lui-même) a le pouvoir de tout "blanchir" à son tour ???

- DOC' JPP.

DOC.JPP.LEJOURNAL.2
14/04/02